DICOPERSO  

 
DICTIONNAIRES

» Sommaire
»
Dictionnaire de l'académie française - Septième édition
»
Proverbes et dictons
»
Les mots qui restent
»
Les Munitions du Pacifisme
»
Dictionnaire des curieux
»
Dictionnaire Argot-Français
»
Dictionnaire des idées reçues
»
Mythologie grecque et romaine
»
Glossaire franco-canadien
»
Dictionnaire Français-Anglais
»
Codes postaux des communes françaises
»
Codes postaux des communes belges
»
Sigles et acronymes

ABRÉVIATIONS

» Dictionnaire de l'académie française - Septième édition
»
Glossaire franco-canadien
»
Dictionnaire Français-Anglais

DIVERS

» Liens
Faire un lien
»
Copyright
»
Contact

DICOPERSO
 
   

Rechercher dans le dictionnaire 
Google
Web dicoperso.com

Dictionnaire de l'académie française - Septième édition (1877) web_m_Top 10 Top 10   web_m_Commentaires Commentaires

 A B C 

 A- AB AC AD AE AF AG AH AI AJ AL AM AN AO AP AQ AR AS AT AU AV AX AY AZ 
A
A. s. m. La première lettre de notre alphabet, et la première des voyelles. La lettre A. Un grand A. Un petit a. Un A majuscule. Un a romain. Un a italique. Des a mal formés. La voyelle A. A est long dans Blâme. A est bref dans Glace. A, dans les mots Casuel, basilique, larron, etc., a un son intermédiaire. A ne se prononceras ordinairement dans Août, et ne se prononce jamais dans Saône.

Une panse d'a, La première partie d'un petit a, dans l'écriture ordinaire, la partie arrondie de l'a qui a la forme d'une panse.

Prov., N'avoir pas fait une panse d'à., N'avoir rien écrit, rien copié, de ce qu'on devait écrire, copier; et, figurément, N'avoir rien composé, n'être point auteur. Depuis deux jours, mon copiste n'a pas fait une panse d'a. Cet homme n'a fait de sa vie une panse d'a. Il laisse croire que cet outrage est de lui; mais il n'en a pas fait une panse d'a, il n'y a pas fait une panse d'a.

Fam., Ne savoir ni A ni B, Ne savoir pas lire ; et, figurément, Être fort ignorant.

Fam., N'en être qu'à l'Ab c; renvoyer quelqu'un à l'A b c; etc. Voyez A B C.

A. 3e pers. du sing. de l'ind. prés, du verbe Avoir.

À. préposition. Lorsque À précède l'article masculin suivi d'une consonne autre que l'h muette, on contracte la préposition et l'article en au, pour à le ; et lorsqu'il précède l'article pluriel des deux genres, on contracte la préposition et l'article en aux, pour à les. Aller au puits, marcher aux ennemis.

À, exprime trois rapports différents : 1° Tendance ou direction vers un lieu, vers un terme, vers un objet; 2° provenance, séparation, extraction; 3° stabilité; situation, manière d'être. C'est d'après ces trois rapports principaux qu'on peut classer les divers sens de À, en réservant pour une série séparée, à la lin de l'article, les acceptions qui ne rentrent dans aucune de ces trois séries.

À, sert à marquer Tendance ou direction. Aller à Rome, à l'église, à l'armée. Marcher à l'autel. Arriver à bord. Il vient à nous. Envoyer à l'école. Tourner à droite, à gauche. Retourner à la ville. Rentrer au logis. Un voyage à Naples, à la campagne. La route de Paris à Versailles. Monter à cheval. Mettre pied à terre. S'élancer au plus fort de la mêlée. Revenir à la charge. Se mêler à la foule. Conduire un homme au supplice, à la mort. Attacher à la muraille. Atteler à la charrue. Tendre les mains au ciel. Se prosterner aux genoux de quelqu'un. Ils se prirent aux cheveux. Jeter au feu. Tirer au blanc. Atteindre au but. Quelquefois on l'unit à la préposition jusque, qui marque plus précisément le terme ou le but. J'irai jusqu'à tel endroit.

Il s'emploie devant les mots qui indiquent Le terme, ou le but, la fin d'une action quelconque.— Devant les substantifs : Écrire à son ami. Parler à son père. Obéir aux lois. L'obéissance, la soumission aux lois. Renvoyer une affaire au lendemain. Remettre une cause à huitaine. Atteindre à la perfection. En venir à des injures. Pousser à bout. Réduire au tiers, au quart, à la moitié. Servir à tel usage. Tirer à sa fin. Tourner à la louange, à la honte, à l'avantage de quelqu'un. Toutes nos actions doivent tendre à la gloire de Dieu. Boire à la santé de quelqu'un.—Devant les infinitifs : Il demande à sortir. Il aime à lire et à écrire. Il vise, il tend à vous supplanter. Il aspire à vous plaire. Je parvins à le persuader. Quel empressement à le servir! Il s'est abaissé à le prier, jusqu'à le prier. Elle s'est emportée à lui dire, jusqu'à lui dire que... Tous s'accordent à le louer. Je me décidai à partir. J'aviserai à le faire. Inviter à dîner. Obliger à fuir.

Il sert particulièrement à former le régime ou complément indirect de certains verbes transitifs, pour marquer de même. Le terme, la fin de l'action que le verbe exprime. Donner une bague à quelqu'un. J'ai prêté ce livre à mon frère. Enseigner la géographie à un enfant. Dire un mot, faire un salut à quelqu'un. S'appliquer, s'adonner à l'étude. Adressez-vous à lui.

Dans certaines phrases elliptiques, A marque Consécration, dédicace, envoi à une personne. À Dieu très bon et très grand. Au Dieu inconnu. Aux dieux lares. Aux grands hommes la patrie reconnaissante. Un tel à un tel, salut. Hymne à Vénus. Épitre de Boileau à Racine. C'est dans ce sens qu'on l'emploie pour La suscription ou l'adresse ordinaire des lettres missives : À Monsieur N.; À Madame...

Quelques autres phrases elliptiques offrent un emploi analogue de la même préposition. Honneur aux braves! Gloire à Dieu dans le ciel, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! Malheur aux vainqueus! Haine à la tyrannie! Honte à la bassesse, à la lâcheté!

On doit rapporter encore à cet emploi de À certaines phrases elliptiques exprimant un appel, un avertissement bref, une imprécation, un souhait, etc. À moi! À nous! Au feu! Au voleur! A l'assassin! Au secours! À la garde! Aux armes! À bas, à bas! À l'eau! Au diable! À d'autres! À votre santé! À votre aise! Au nom du ciel!

À, s'emploie lorsqu'on veut marquer Distance, intervalle. De Paris à Genève il y a tant de lieues. Être vêtu de noir de la tête aux pieds. Travailler du matin au soir. Ce changement s'opéra du jour au lendemain.

Dans plusieurs locutions, la préposition À se trouve précédée et suivie du même mot. Alors elle marque :
Succession, gradation, ordre, arrangement. Goutte à goutte. Un à un. Brin à brin. Feuille à feuille. Démonter une pendule. pièce à pièce. Compter sou à sou. Augmenter petit à petit, peu à peu. Ils se placèrent deux à deux, trois à trois, quatre à quatre. Mettez-les deux à deux.

Correspondance exacte. Traduire mot à mot. Suivre quelqu'un pas à pas. Jouer but à but.

Jonction, proximité, rencontre; ou Opposition. Bout à bout. Dos à dos. Côte à côte. Pied à pied. Tète à tête. Corps à corps. Seul à seul. Face à face. Vis-à-vis.

À, placé entre deux nombres, en laisse supposer un qui est intermédiaire. Vingt à trente personnes. Quinze à vingt francs. Mille à douze cents francs.

Il se place aussi entre deux nombres consécutifs, mais seulement lorsqu'ils se rapportent à des choses qui peuvent se diviser par fractions, et qu'on évalue par à peu près. Deux à trois livres de sucre. Cinq à six lieues. On dit, Cinq ou six personnes, onze ou douze personnes, etc., et non, Cinq à six personnes, onze à douze chevaux, etc.

Il s'emploie aussi lorsqu'on veut marquer Relation entre les personnes ou les choses. De marchand à marchand il n'y a que la main. De vous à moi. De nation à nation. Un est à deux comme deux est à quatre. Du tout au tout. Vivre de pair à compagnon. Traiter quelqu'un de Turc à More. Vendre de gré à gré.

II°

À, sert à marquer Provenance, dépendance, séparation, extraction. Puiser de l'eau à une fontaine. Boire à une source. Prendre à un tas. La poésie grecque commence à Homère. Acheter quelque chose à quelqu'un. Emprunter de l'argent à un ami. Les Latins ont beaucoup emprunté aux tirées. Demander des nouvelles à quelqu'un. J'ai ouï dire à un vieillard. Une épie suspendue à un clou. Une lampe suspendue à la voûte. Les bras lui tombent (tombent à lui) de douleur et d'étonnement. L'auditoire était suspendu aux lèvres de l'orateur. Manquer à une fête. Renoncer aux honneurs. Se soustraire au châtiment. Arracher un ami au péril. Arracher une dent à quelqu'un. Cueillir des fruits à un arbre. Les trésors enlevés au temple de Delphes, ôter à quelqu'un ses vêtements.

L'idée d'une distance déterminée se joint souvent à celle de séparation, comme dans ces phrases : Se retirer à cinq milles de Rome. Il porta son camp à deux jours de marche de l'ennemi. Sa maison est à deux lieues d'ici. A trois jours de là je le rencontrai de nouveau. A deux mois de date. A dix jours de vue.

III°

À, sert à marquer Situation, manière d'être. Nous nous arrêtâmes à l'entrée du bois, au bord de la rivière. Sa maison est au faubourg Saint-Germain. Nous étions à la portée du canon. Être à sa place. Demeurer à Paris. Vivre au fond des forêts. Mourir à l'étranger. Au sein des villes. Manger à l'auberge. Il y avait beaucoup de monde à ce ,bal. Elle a passé la matinée à l'église. Prendre un bain à la rivière. Être au jeu, à la parade, etc. Les pièces de terre qui bornent cet héritage au couchant, au levant, etc. Être au-dessus, au-dessous, au bas, au haut, etc. Restez à ses côtés, à côté d'elle. Il est à nos trousses. L'argent à la main. L'épée au côté. Les larmes aux yeux. Le diadème au front. Sentir une douleur au côté. Avoir une blessure à l'épaule, à la cuisse. Marquer au front. Ils se parlaient à l'oreille. S'arrêter à chaque pas. Se prendre au piège. Être consigné à la porte.

Elliptiq., Un tel, notaire à Paris, fabricant à Lyon, Établi ou demeurant à Paris, à Lyon.

À la face, à la vue de l'ennemi, En présence même de l'ennemi. On dit en des sens analogues : Il fut immolé aux yeux de son père. La chose s'est faite au vu de tout le monde. À son nez et à sa barbe. Au grand jour. À la face du soleil. Coucher à la belle étoile. Le vaisseau était à vue de terre.

À, s'emploie dans quelques locutions elliptiques servant à désigner L'enseigne d'une hôtellerie, d'un magasin, etc. Au Cheval blanc. A la Boule d'or. Au Gagne-petit.

Il sert à désigner L'institution, l'établissement auquel une personne est attachée. Conseiller à la cour de cassation. Avocat à la cour d'appel de Paris. Commis au ministère de la guerre.

À, s'emploie aussi lorsqu'on veut indiquer Le temps, l'époque, la circonstance de temps. Au commencement de l'été. À la fin du mois. Au jour indiqué. À l'aube du jour. Au matin. Au soir. Au coucher du soleil. Se lever à six heures. Déjeuner à midi. Rentrer à heure indue. Nous arrivâmes à la même heure. Je l'attends à tout moment, à toute heure. À l'heure qu'il est. Tout à l'heure. À présent. Au temps où nous sommes. Il mourut à l'âge de quatorze ans, à quatorze ans. Il fut tué au siège de telle place. Je le ferai à mon premier loisir. On l'accueillit fort bien à son arrivée. À l'instant ou j'allais sortir, il vint chez moi. On dit elliptiquement, dans un sens analogue, À une personne que l'on quitte, À demain, à ce soir, à dimanche, etc., Nous nous reverrons demain, ce soir, dimanche, etc.

Il s'emploie particulièrement pour désigner Une circonstance, un événement, etc., qui détermine immédiatement quelque action. À ma mort, il héritera de cette maison. Au premier coup de canon, la ville capitula. Àla troisième sommation, ils se retirèrent. Partir au premier signal. On accourut à ses cris. Au moindre geste, vous êtes mort. À ces mots, il rougit. À cette nouvelle , il parut déconcerté. À la proposition que je lui fis, je vis sa colère s'évanouir. À cette occasion, je rappellerai que...

Il sert encore, dans quelques locutions, à marquer Un espace de temps, une durée. Payer au mois. Louer à l'année. Travailler à la journée. Pension à vie. Rente à perpétuité. À jamais. À la vie et à4a mort. À la longue, tout s'use.

À, sert souvent à marquer Appartenance, possession. Ce livre est à ma sœur. Cette ferme appartient à mon père. Avoir une maison à soi. Rendez à César ce qui est à César. Il a un style, une manière à lui. C'est un homme de mérite, un ami à moi, que je vous recommande vivement. Pop., La barque à Caron. Quelquefois il forme avec son régime une sorte de pléonasme qui marque plus énergiquement l'idée d'Appartenance. C'est mon opinion, à moi. Sa manie, à lui,, c'est de croire que... Votre devoir, à tous, est de lui obéir.

Dans quelques phrases, il sert à rapporter à son complément l'action exprimée par un verbe qui le précède. Faire prendre les armes à une troupe. C'est bien fait, bien dit, bien pensé à vous. C'est à faire à lui. On dit de même, C'est modestie à vous, c'est folie à eux de croire...

C'est à vous de parler, C'est à vous qu'il appartient, qu'il convient de parler; et, C'est à vous à parler, Votre tour de parler est venu.

Je trouve à votre soeur l'air un peu triste, Votre sœur me parait éprouver quelque tristesse.

À, s'emploie quelquefois pour déterminer son régime ou complément par rapport au nombre. Avoir, louer une maison à deux, à trois. À moi seul je le ferai, À dix que nous étions, pas un ne refusa.

Il s'emploie aussi pour indiquer Le rapport d'un nombre à un autre, et plus particulièrement Les points respectifs des joueurs. À cette partie de trictrac nous étions six trous à douze. Quand nous quittâmes le jeu nous étions quatre à six, six à six, ou, elliptiquement et familièrement, six à.

A, sert en outre, avec son complément, à indiquer L'espèce, la qualité. Canne à sucre. Vache à lait. Pays à pâturages. Homme à systèmes, à projets. Or à vingt-deux carats. Velours à trois poils. Bas à quatre fils. Manchettes à dentelle. Soupe aux herbes. Glace à la vanille.

Il indique particulièrement :

1° La forme, la structure, ou l'accessoire d'une chose. Clou à crochet. Table à tiroir. Lit à colonnes. Couteau à ressort, à gaine, à manche d'ivoire. Bague à diamants. Canne à épée. Chandelier à branches. Chapeau à grands bords. Boite à double fond. Chaise à bras. Maison à porte cochère. Instrument à cordes. Montre à répétition. Voiture à deux roues. Les animaux à quatre pieds. Les oiseaux à bec fin. Les plantes à fleurs labiées.

2° La destination, l'usage. — Avec un substantif : Terre à blé. Marché à la volaille. Moulin à farine, à poudre, à papier. Cuiller à pot, à soupe, à café. Pot à l'eau. Bouteille à l'encre. Boite à thé. Sac à ouvrage. Plat à barbe. Pierre à fusil. Selle à tous chevaux. Voiture à six places. — Avec un infinitif : Fille à marier. Maître à danser, à chanter. Bois à brûler. Tabac à fumer. Maison à vendre, à louer. Verre à boire. Table à jouer. Chambre à coucher. Fer à repasser. Pierre à aiguiser. On peut rapporter à cette acception les phrases telles que : Prendre quelqu'un à témoin, Invoquer son témoignage ; Prendre à tâche, S'attacher à faire une chose, ne perdre aucune occasion de la faire ; Tenir à honneur, à injure, Regarder comme un honneur, comme une injure.

3° Ce qui sert spécialement, ce qui est nécessaire à l'emploi d'une machine, d'un instrument, etc. Arme à feu. Fusil à vvent. Bateau, machine à vapeur. Moulin à eau, à vent, à bras. Chaise à porteurs. Instrument à vent.

À, sert en outre à former une infinité de locutions qui marquent La manière d'agir, la manière d'être des personnes ou des choses, les circonstances qui accompagnent un fait. À genoux. À pieds joints. À mains jointes. À bras ouverts. À quatre pattes. À la nage. À tâtons. À reculons. À rebours. À la renverse. À califourchon. À nu. À cru. À la débandade. Au plus vile. À la hâte... À l'improviste. À double carillon. À merveille. À la diable. À la légère. À la volée. À vue de pays. À vol d'oiseau. À tête reposée. À bâtons rompus. À toute force. À toutes mains. À main armée. À brûle-pourpoint. À bout portant. À juste titre. À bon droit. À droit. À tort. À tort ou à raison. À tort et à travers. À peine. À grand'peine. À propos: Rire à gorge déployée. Répondre à demi-mot. Crier à tue-tête. Parler à haute et intelligible voix, s'habiller à la française. Chanter à l'italienne. C'est un vers à la Corneille. C'est une pensée à la Montesquieu. Marcher à petit bruit. Brûler à petit feu. S'enfuir à toutes jambes. S'avancer à grands pas. Aller à petites journées. S'éloigner à tire-d'aile. Aller à voiles et à rames. Voyager à pied et à cheval. Galoper à bride abattue, ventre à terre. Se coucher à plat ventre. Se jeter à corps perdu. Se battre à outrance. Boire à l'excès. Il pleut à verse. L'eau s'échappait à gros bouillons. Obtenir à forces de prières, de démarches, d'importunités. S'amuser aux dépens de quelqu'un. Frapper à bras raccourci. Poursuivre à coups de pierres, à coups de fusil. Renverser à coups de canon. Passer au fil de l'épée. Fouler aux pieds. Toucher au doigt. Fermer au verrou. Garder à vue. Entrer à la lueur des flambeaux, au son des cloches. S'éloigner à la faveur des ténèbres. Mettre tout à feu et à Sang. On les battit à plate couture. Battre du fer à froid. Boire à la glace. Traiter un sujet à fond. Être à jeun, à sec. Prendre au dépourvu. C'est au mieux. Être à billes égales. Un canon chargé à mitraille. Un mur bâti à chaux et à sable. Pigeon à la crapaudine. Veau à la bourgeoise. Anguille à la tartare. Être à couvert, à l'abri, à découvert. Se tenir à l'écart. Des rochers à fleur d'eau.

D'autres locutions, analogues aux précédentes, indiquent :

1 ° L'instrument dont on se sert pour faire quelque chose. Pêcher à la ligne. Jouer à la paume. Se battre à l'épée, au pistolet. Mesurer à l'aune, au mètre. Dessiner à la plume. Tracer au crayon, au compas. Travailler à l'aiguille. On dit de même par ellipse, Des bas à l'aiguille, au métier, etc.

2° La mesure, le poids, la quantité. Vendre du vin à pot, à pinte, au litre. Vendre à la livre. Acheter au cent, à la douzaine. Donner à brassées, à poignées, à pleines mains, etc.

3° Le prix, la valeur. Louer un cabriolet à douze francs par jour. Dîner à trois francs par tête. Emprunter à gros intérêts. Placer ses fonds à cinq pour cent. Les places sont à six francs. Acheter du drap à vingt francs le mètre. Vendre à bon compte. Donner une marchandise à vil prix, à bon marché, etc. Vivre à peu de frais.

4° La disposition morale, l'intention. À plaisir. A regret. A dessein. A cœur ouvert. À contre-cœur. Prendre une affaire à cœur. A bonne, à mauvaise intention.

La cause. Se ruiner au jeu, à jouer. Se tuer à travailler. Mourir à la peine. Bâiller à la lecture d'un mauvais ouvrage. Prendre plaisir à quelque chose. S'endormir au murmure des eaux. S'éveiller au bruit de la tempête. Frémir à l'aspect du danger.

6° L'effet, le résultat. Vendre à perte. Blesser à mort. Courir à perdre haleine. Danser à ravir. Cela eut lieu au grand étonnement de toute la ville, aux applaudissements de tous. Au péril de sa vie. Au risque de tout perdre. A peine d'amende. À peine de la vie. On dit plus ordinairement, Sous peine d'amende, de la vie, etc.

À, marque aussi Conformité, convenance; et alors il se prend pour Selon, suivant. À mon gré. À sa fantaisie. À sa manière. À mon choix. À votre avis. À ma guise. À leur jugement. Chapeau à la mode. Habit à ma taille. Parler à son tour. Marcher à son rang. À la rigueur, il faudrait le condamner. À votre compte, je serais votre débiteur. À ce que je crois, vous voulez partir. Boire à sa soif. Manger à sa faim. Dieu fit l'homme à son image, il voulut, à l'exemple de son père... À l'instar de la capitale. À la vérité, à plus forte raison, etc.

Il indique particulièrement Ce qui fournit une induction, une conjecture, etc. À l'œuvre on connaît l'ouvrier. A ses manières on reconnaît un homme du monde. Je vis, à sa contenance, qu'il était peu rassuré. A son air triste nous pressentîmes le malheur qui lui était arrivé.

Devant les noms de villes À s'emploie pour marquer les trois rapports : Aller à Paris. S'arracher à Paris. Demeurer à Paris. Devant les noms de continents, de royaumes, de provinces , il ne s'emploie généralement que pour le second rapport. Emprunter à la Grèce ses arts, sa poésie. Pour les deux autres on se sert de la préposition En. Aller en Grèce. S'établir en Grèce. Résider en Portugal. Se rendre en Danemark. Cependant devant les noms masculins de pays et les noms au pluriel on préfère le plus souvent À. Aller au Japon, au Pérou, au Mexique, au Brésil, aux Indes, aux États-Unis.

IV°

On a classé jusqu'ici les diverses significations de À, suivant les rapports (Tendance , Séparation, Situation) qu'il sert à marquer. Mais ces rapports sont quelquefois trop indéterminés pour servir à une classification complète, et l'on peut alors indiquer les autres emplois de À d'après le mot que cette préposition précède, ou selon les parties du discours auxquelles elle sert de lien.

À, suivi d'un infinitif, équivaut très souvent au participe présent du même verbe précédé de la préposition En. À le voir on juge de son état. En le voyant, etc. À ne considérer que telle chose, En ne considérant que telle chose. À le bien prendre. À tout prendre. À voir les choses de sang-froid. À compter de ce jour. À partir de telle époque. Etc.

A l'en croire, à l'entendre, etc., S'il faut l'en croire, etc.

À dire la vérité, à vrai dire, à parler franchement, à ne rien dissimuler, etc.,. Pour dire la vérité, etc.

À, placé entre un substantif et un infinitif, sert fréquemment à indiquer Ce qu'il est nécessaire ou convenable de faire, l'opinion qu'on a d'une personne ou d'une chose. C'est un ouvrage à recommencer. C'est un avis à suivre. C'est une partie à re-mettre. C'est une affaire à accommoder. C'est une occasion à ne pas laisser échapper. C'est un cheval à garder. C'est un homme à récompenser. Il en est plus à craindre. Il n'en est que plus à estimer, c'est un homme à pendre. C'est un livre non seulement à lire, mais à relire souvent. On dit dans un sens analogue, Vous n'avez qu'à parler, qu'à vouloir, etc.

Il désigne aussi Ce qui peut être l'effet ou la suite d'un événement, ce à quoi une chose peut servir, ou de quoi une personne est capable. C'est une affaire à vous perdre. C'est un procès à ne jamais finir. C'est une entreprise à vous faire honneur. C'est un conte à dormir debout (à faire dormir debout). C'est un homme à réussir dans tout ce qu'il entreprendra. Il est homme à se fâcher, à vous jouer un mauvais tour.

À, devant un infinitif, peut quelquefois s'expliquer par De quoi. Verser à boire. Il n'a pas à manger. Il ne trouve pas à s'occuper. J'ai à vous entretenir. Il y aurait à. craindre. Trouver à redire. Il n'y a pas à balancer. On dit dans un sens analogue : Le temps que j'ai à vivre, Pendant lequel je dois vivre. L'argent que j'ai à dépenser, Que je puis ou que je dois dépenser. N'avoir rien à répliquer, ne trouver rien à répondre, N'avoir rien que l'on puisse répliquer ou répondre.

Il se place encore devant l'infinitif des verbes, dans divers autres sens. Ainsi on dit : Je suis ici à l'attendre, Je l'attends. Je suis encore à savoir comment... Je n'ai pu encore savoir comment. À revoir, au revoir. Etc.

Quelquefois À, devant le relatif qui, sert à former des locutions elliptiques qui expriment Une sorte de rivalité, de concurrence. Ils dansaient à qui mieux mieux. C'est à qui ne partira point. Tirons à qui fera, à qui jouera le premier. Ils s'empressaient à qui lui plairait davantage. Disputer à qui obtiendra une faveur.

À, se met après beaucoup d'adjectifs, pour en déterminer ou en restreindre la signification. — Avec un infinitif : Habile à séduire. Fou à lier. Facile à dire. Bon à manger. Curieux à voir. Triste à penser. Prompt à s'irriter. Prêt à combattre. Lent à venir. — Avec un substantif, un pronom, etc.: Impénétrable à l'eau. Prompt à la repartie. Indulgent à tous. Sévère à lui-même. Propre à tel usage. Utile aux hommes. On dit par inversion : À qui sait vivre de peu, les richesses sont inutiles. À de tels hommes rien ne saurait être impossible. Etc.

À sert également à modifier la signification de plusieurs verbes. Ainsi on dit: Prétendre la première place, L'exiger comme un droit, comme une prérogative qui nous appartient ; et Prétendre à la première place, Y aspirer, travailler à l'obtenir. Pour ces modifications, qu'il serait superflu d'expliquer ici , on peut voir les verbes qu'elles affectent. Voyez APPLAUDIR, ATTENDRE, et S'ATTENDRE, CHASSER, COMMANDER, CROIRE, INSULTER, MANQUER, PENSER, PRÉSIDER, PRÉTENDRE, REGARDER, SATISFAIRE, SOUSCRIRE, SUPPLÉER, TENIR, TOUCHER, TRAVAILLER, VOIR, etc.

Plusieurs verbes se construisent, devant l'infinitif, tantôt avec la préposition À, tantôt avec la préposition De, mais dans des sens un peu différents. Pour l'explication de ces distinctions délicates et parfois assez incertaines, voyez ARRIVER, COMMENCER, CONTINUER, CONTRAINDRE, CONVIER, COÛTER. DÉFIER, DEMANDER, DIFFÉRER, ÉCHAPPER, S'EFFORCER, S'EMPRESSER, S'ENNUYER, ESSAYER, FORCER, HÉSITER, MANQUER, OBLIGER, S'OCCUPER, OFFRIR, PRIER, REFUSER, RÉPUGNER, RÉSOUDRE, SERVIR, SOLLICITER, SOUFFRIR, SUFFIRE, TÂCHER, TARDER,, SE TUER, etc.

À, placé à la suite de quelques adverbes ou de certains autres mots, forme des loculions prépositives. Conformément à l'usage. Quant à moi. Sauf à y revenir. Par rapport à lui. Etc.

Pour toutes les autres locutions, telles que, Au moins, au plus, à peu près, à cela près, à mesure, au reste, au surplus, à l'égard de, etc., et pour les diverses phrases qu'on a pu rapporter ici, telles que, À trompeur trompeur et demi; À bon chat, bon rat; C'est à savoir; C'est-à-dire ; Qu'est-ce à dire? etc., voyez aux différents articles des mots qui servent à les former.

La particule relative Y remplace très souvent la préposition À et son régime. Voyez l'article Y.


Voir: ARRIVER, APPLAUDIR, ATTENDRE, CHASSER, COMMANDER, COMMENCER, CONTINUER, CONTRAINDRE, CONVIER, COÛTER, CROIRE, INSULTER, DÉFIER, DEMANDER, DIFFÉRER, ÉCHAPPER, EFFORCER, EMPRESSER, ENNUYER, ESSAYER, FORCER, HÉSITER, MANQUER, OBLIGER, OCCUPER, OFFRIR, PENSER, PRÉSIDER, PRÉTENDRE, PRIER, REFUSER, REGARDER, RÉPUGNER, RÉSOUDRE, SATISFAIRE, SERVIR, SOLLICITER, SOUFFRIR, SOUSCRIRE, SUFFIRE, SUPPLÉER, TÂCHER, TARDER, TENIR, TOUCHER, TRAVAILLER, TUER, VOIR

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version pour imprimer

 


Dictionnaires sur dicoperso.com

- Dictionnaire de l'académie française - Septième édition (1877)
- Proverbes et dictons : sélection de proverbes et de dictons classés par thème.
- Les mots qui restent : répertoire de citations françaises, expressions et formules proverbiales
- Les Munitions du Pacifisme : Anthologie de plus de 400 pensées et arguments contre la guerre recueillis par Ermenonville en 1933
- Dictionnaire des curieux : complément pittoresque et original de divers dictionnaires.
- Dictionnaire Argot-Français : argot en usage en 1907.
- Dictionnaire des idées reçues : perle d'humour noir, Gustave Flaubert y répertorie les préjugés de ses contemporains
- Mythologie grecque et romaine : dictionnaire créé à partir du livre de Pierre Commelin (né en 1837), Mythologie grecque et romaine.
- Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada
- Dictionnaire Français-Anglais
- Codes postaux des communes françaises
- Codes postaux des communes belges
- Sigles et acronymes


Retourner en haut de la page

   
 

DICOPERSO
 

Copyright 2003-2020 dicoperso.com