DICOPERSO  

 
DICTIONNAIRES

» Sommaire
»
Dictionnaire de l'académie française - Septième édition
»
Proverbes et dictons
»
Les mots qui restent
»
Les Munitions du Pacifisme
»
Dictionnaire des curieux
»
Dictionnaire Argot-Français
»
Dictionnaire des idées reçues
»
Mythologie grecque et romaine
»
Glossaire franco-canadien
»
Dictionnaire Français-Anglais
»
Codes postaux des communes françaises
»
Codes postaux des communes belges
»
Sigles et acronymes

ABRÉVIATIONS

» Dictionnaire de l'académie française - Septième édition
»
Glossaire franco-canadien
»
Dictionnaire Français-Anglais

DIVERS

» Liens
Faire un lien
»
Copyright
»
Contact

DICOPERSO
 
   

Rechercher dans le dictionnaire 
Google
Web dicoperso.com

Mythologie grecque et romaine web_m_Top 10 Top 10   web_m_Commentaires Commentaires

 A B C D E F G H I J L M N O P R S T U V Z 
 Œ 

 PA PE PH PI PL PO PR PY 
Persée
Persée, fils de Danaé
Légendes argiennes
Danaé, fille d'Acrisius, roi d'Argos, fut enfermée fort jeune dans une tour d'airain par son père, sur la foi d'un oracle qui lui annonçait que son petit-fils devait un jour lui ravir la couronne et la vie ; mais Jupiter se changea en pluie d'or, et, s'étant introduit dans la tour, rendit Danaé mère de Persée. Acrisius, ayant appris la naissance de l'enfant, fit exposer la mère et son fils sur la mer dans une méchante barque ou dans un coffre que les flots jetèrent heureusement sur les côtes de l'ile de Sériphe. Un pêcheur, qui l'aperçut, ouvrit le coffre, trouva les deux infortunés encore vivants, et les conduisit sur-le-champ au roi Polydecte qui les reçut favorablement, et prit soin de l'éducation du jeune prince.

Mais dans la suite, Polydecte, devenu amoureux de Danaé et voulant l'épouser, chercha à éloigner son fils. C'est pourquoi il lui ordonna d'aller combattre les Gorgones, et de lui apporter la tête de Méduse. Persée, aimé des dieux, reçut pour le succès de cette expédition, de Minerve son bouclier et son miroir, de Pluton son casque, et de Mercure ses ailes et ses talonnières. Gràce à son armure divine et aussi à sa vaillance, il vainquit les Gorgones, et coupa la tête de Méduse.

De crainte d'être pétrifié par les yeux de Méduse, il disposa devant lui le miroir de la déesse, et sa main, conduite par Minerve, fit tomber la tête de la Gorgone qu'il porta depuis avec lui dans toutes ses expéditions. Il s'en servit pour pétrifier ses ennemis.

Du sang qui sortit de la plaie de Méduse, quand sa tête fut coupée, naquirent Pégase et Chrysaor ; et, lorsque Persée eut pris son vol par-dessus la Libye, toutes les gouttes de sang qui découlèrent de cette fatale tête se changèrent en autant de serpents.
Dès que Pégase, cheval ailé, eut vu la lumière, il s'envola au séjour des immortels, dans le palais même de Jupiter dont il porta la foudre et les éclairs. Il fut dompté par Minerve. Depuis lors, il obéit à cette déesse qui parfois le met au service de ses favoris.

Chrysaor, au moment de sa naissance, tenait une épée d'or à la main, ce qui lui a valu son nom (rac. Chrysos, or, et aor, épée). Il épousa Callirhoé, fille de l'Océan et de Téthys, et de leur union naquirent Échidna, moitié serpent et moitié nymphe, la Chimère, autre monstre, et le géant Géryon. C'est à cette monstrueuse famille qu'appartenaient Typhon, autre géant, le chien Cerbère, le Sphinx, l'Hydre de Lerne, etc.

Persée, monté sur Pégase que Minerve lui avait prêté, se transporta à travers les airs dans la Mauritanie, où régnait le célèbre Atlas. Ce prince, qui avait été averti par un oracle de se tenir en garde contre un fils de Jupiter, refusa à ce héros les droits de l'hospitalité. Mais il en fut puni sur l'heure : la tête de Méduse, que Persée lui montra, le pétrifia et le changea en cette chaîne de montagnes qui porte aujourd'hui son nom.

On lui attribue comme à Hercule l'honneur d'avoir enlevé les pommes d'or du jardin des Hespérides.

De la Mauritanie il passa en Éthiopie. Là Andromède, fille du roi Céphée et de Cassiopée, avait eu la témérité de disputer le prix de la beauté à Junon et aux Néréides. Neptune, pour venger la déesse, suscita un monstre marin qui désolait le pays. L'oracle d'Ammon, consulté sur les moyens d'apaiser les dieux, répondit qu'il fallait exposer Andromède à la fureur du monstre. La jeune princesse fut liée sur un rocher par les Néréides ; et le monstre, sortant de la mer, était prêt à la dévorer, lorsque Persée, monté sur Pégase, tua ou pétrifia le monstre, brisa les chaînes d'Andromède, la rendit à son père, et devint son époux. Cependant la cérémonie de leurs noces fut troublée par la jalousie de Phinée, frère de Céphée. Ce prince, à qui Andromède avait été promise en mariage, rassembla tous ses amis, entra avec eux dans la salle du festin, et y porta le carnage et l'horreur. Persée aurait succombé sous le nombre, s'il n'eût eu recours à la tête de Méduse dont la vue pétrifia Phinée et ses compagnons.

Il revint ensuite en Grèce avec la jeune princesse. Quoiqu'il eût à se plaindre de son grand-père Acrisius qui avait voulu le faire périr dès sa naissance, il ne laissa pas de le rétablir sur le trône d'Argos, d'où Prœtus l'avait chassé, et il tua l'usurpateur. Mais, bientôt après, il eut le malheur de tuer lui-même Acrisius, d'un coup de palet, dans les jeux qu'on célébrait pour les funérailles de Polydecte. Il eut tant de douleur de cet accident, qu'il abandonna le séjour d'Argos, et s'en alla bâtir une nouvelle ville dont il fit la capitale de ses États, et qui fut nommée Mycènes, à cinquante stades au nord d'Argos.

On dit qu'il fut aussi cause de la mort de Polydecte. Un jour que celui-ci voulut dans un festin faire outrage à Danaé, Persée ne trouva pas de plus court moyen de défendre sa mère que de présenter la tête de Méduse au roi qui fut pétrifié.

En se retirant à Mycènes, il avait cédé généreusement le trône d'Argos à Mégapenthe, fils de Prœtus, espérant ainsi faire la paix avec lui. Mais ce prince fut insensible à ses bienfaits ; il lui dressa des embûches, et le fit périr par ressentiment de ce qu'il avait tué Prœtus son père.

Honoré à Argos, à Mycènes, à Sériphe, en Égypte même, où il eut un temple, ce héros fut placé dans le ciel parmi les constellations septentrionales, avec Andromède, son épouse, Cassiopée et Céphée.

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version pour imprimer

 


Dictionnaires sur dicoperso.com

- Dictionnaire de l'académie française - Septième édition (1877)
- Proverbes et dictons : sélection de proverbes et de dictons classés par thème.
- Les mots qui restent : répertoire de citations françaises, expressions et formules proverbiales
- Les Munitions du Pacifisme : Anthologie de plus de 400 pensées et arguments contre la guerre recueillis par Ermenonville en 1933
- Dictionnaire des curieux : complément pittoresque et original de divers dictionnaires.
- Dictionnaire Argot-Français : argot en usage en 1907.
- Dictionnaire des idées reçues : perle d'humour noir, Gustave Flaubert y répertorie les préjugés de ses contemporains
- Mythologie grecque et romaine : dictionnaire créé à partir du livre de Pierre Commelin (né en 1837), Mythologie grecque et romaine.
- Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada
- Dictionnaire Français-Anglais
- Codes postaux des communes françaises
- Codes postaux des communes belges
- Sigles et acronymes


Retourner en haut de la page

   
 

DICOPERSO
 

Copyright 2003-2020 dicoperso.com